Artillerie : tirer sur Beauvais... depuis l'École militaire

Artillerie : tirer sur Beauvais... depuis l'École militaire

Par FNA
24 juin 2014

La Direction générale de l’armement (DGA) annonce avoir qualifié le Lance-Roquette Unitaire (LRU), le 16 mai dernier, à la suite de deux campagnes de tir, aux États-Unis et en France. Selon la Défense, « le LRU permet des frappes par tout temps, précises et réactives, jusqu’à 70 km. Il est destiné à traiter des objectifs ponctuels avec des effets collatéraux réduits ». Ce nouvel équipement fait entrer l’artillerie dans un nouvelle dimension, celle des frappes de précision métrique à 70 km… Jusqu’à présent, le canon Caesar, qui a été utilisé en Afghanistan et au Mali, avait une portée de 40 kilomètres maximum, avec une précision et une charge moindre.

Le LRU succède aux lance-roquettes multiples (LRM), un système désormais hors-la-loi du fait de l’interdiction des armes à sous-munition. 13 lanceurs ont été transformés pour recevoir la nouvelle munition, et la commande initiale est de 252 roquettes.

Pour mieux comprendre le pas énorme franchi par l’artillerie, imaginons un LRU installé à l’École militaire, au centre de Paris. Il peut détruire des objectifs à Beauvais, Dreux ou Fontenaibleau. Depuis la cour de la caserne du 1er RA, le régiment qui est doté, à Bourogne (90), sa portée lui permet de battre Colmar vers le nord et Neuchâtel vers le sud. Depuis la base aéronavale de Hyères, ses roquettes tomberaient sur le vieux port de Marseille ou dans la cour de l’école de l’artillerie à Draguignan…

Source

< Toutes les publications