Chronologie république Centrafricaine

Chronologie république Centrafricaine

Par FNA
22 juin 2014

Principaux événements survenus en république Centrafricaine dpuis le coup d’État du 24 mars 2013

24 mars : la coalition rebelle de la Séléka prend le contrôle de Bangui au terme d’une offensive éclair qui se traduit par la fuite du président élu François Bozizé au Cameroun voisin. La France renforce son contingent militaire dans la capitale centrafricaine pour assurer la sécurité de ses ressortissants.
Le chef de file de la Séléka, Michel Djotodia, s’autoproclame président par intérim et le couvre-feu est instauré à Bangui.

29 mars : les chefs de l’armée centrafricaine font allégeance à Michel Djotodia.

31 mars : le chef de l’État forme un gouvernement dans lequel il s’approprie le ministère de la défense.

7 avril : pour le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, la situation en RCA est « extrêmement tendue et inquiétante ».

19 juillet : l’Union africaine annonce l’envoi en RCA d’une force de paix de 3 600 hommes pour contribuer à pacifier le pays, où la situation humanitaire est chaotique, avertit MSF.

15 août : la Centrafrique est au bord de l’effondrement et la crise dans laquelle elle est plongée menace de déborder ses frontières si le Conseil de sécurité de l’Onu ne soutient pas les efforts de l’Union africaine, selon des responsables des Nations unies.

29 août : des milliers de civils se réfugient à l’aéroport international de Bangui pour fuir les attaques d’éléments de la Séléka.

Début septembre, des combats entre partisans de François Bozizé et des hommes de la Séléka font plus de 70 morts dans la région de Bossangoa, à 300 km au nord de la Capitale.

14 septembre : Michel Djotodia dissout la Séléka sur l’ensemble du territoire national.

24 septembre : le président français François Hollande lance à la tribune des Nations unies à New York un « cri d’alerte » pour un renforcement de la Force africaine de paix (Misca).

Début octobre, des affrontements entre chrétiens et musulmans ont fait 14 morts en quelques jours.

13 octobre : en visite à Bangui, Laurent Fabius annonce l’envoi de troupes françaises supplémentaires en Centrafrique d’ici la fin de l’année, assurant que Paris n’abandonnera pas son ancienne colonie.

19 novembre : des milliers de villageois fuient de nouveaux affrontements dans le centre-ouest du pays entre la Séléka, composée majoritairement de musulmans, et des milices d’autodéfense chrétiennes baptisées « anti-balaka ».

30 novembre : l’Élysée fait savoir qu’un mini-sommet informel sur la Centrafrique se tiendra à Paris le 7 décembre à l’issue du sommet franco-africain consacré à la paix et la sécurité en Afrique.

3 décembre : une attaque fait au moins douze morts et une trentaine de blessés à Boali, ville située à une centaine de km au nord-ouest de Bangui, annonce la mission des Nations Unies.

5 décembre 2013
Le Président de la République annonce le déclenchement de Sangaris.

6 décembre 2013
A Bangui, violences entre ex-rebelles et miliciens : au moins 138 morts.
A Paris, large soutien politique à l’intervention française. Des milliers de personnes se sont réfugiées à l’aéroport de Bangui

7 décembre 2013
Effectifs des forces d’intervention en Centrafrique : 1 600 soldats français de Sangaris et 6 000 de l’Union africaine (Misca). Mission : mettre fin aux exactions, désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations, rétablir la sécurité dans le pays, en priorité Bangui et grands axes économiques

8 décembre 2013
Le désarmement des milices a commencé. Près de 400 personnes ont été tuées.

9 décembre 2013
51 % des français favorables à l’intervention contre 63 % lors du déclenchement de Serval au Mali.

10 décembre 2013
Deux soldats français ont été tués lundi soir dans un « accrochage ». Scènes de pillage et arrestations se multiplient à Bangui où les tensions religieuses s’accentuent. Cinq jours après le début de Sangaris, une très grande majorité de députés français ont apporté leur soutien à l’intervention.

11 décembre 2013
L’Union Européenne peu « mobilisée » par l’intervention.

11 décembre et 12 décembre 2013
En visite à Bangui, François Hollande « défend » l’intervention française en Centrafrique. « La situation est progressivement sécurisée ». Nouvelles violences inter-religieuses (chrétiens et musulmans) à Bangui.

13 décembre 2013
Selon l’ONU, plus de 600 personnes on été tuées et près de 160 000 déplacées dans le pays. L’aéroport de Bangui est devenu un camp de réfugiés à ciel ouvert : 45 000 personnes s’y entassent à proximité cherchant la protection de l’armée française.
Le Tchad s’inquiète des violences inter-religieuses mais garde son soutien au président Djotodia.

14 décembre 2013
A Bangui, violences et drame humanitaire : des dizaines de milliers de personnes déplacées par les combats vivent dans des conditions misérables. Laurent Fabius a appelé les partenaires européens à s’investir plus massivement au côté de la France en RCA. Le pouvoir en place a limogé ses ministres de l’intérieur et des finances.

16 décembre 2013
Kofi Annan a salué les interventions françaises au Mali et en RCA. Les « anti-balaka », milices d’autodéfense chrétiennes, veulent « massacrer » des musulmans si Michel Djotodia ne démissionne pas.
L’insécurité alimentaire menacerait des millions de personnes
Cérémonie aux Invalides : le président a rendu hommage aux deux soldats tués en RCA et salué leur sacrifice pour mettre fin aux « crimes contre l’humanité ».

17 décembre 2013
Opération militaire dans le nord de Bangui, à Boy-Rabe, bastion des milices chrétiennes « anti-balaka »

19 décembre 2013
François Hollande demande à l’UE un soutien militaire. Pour l’instant, seule la Pologne a proposé d’envoyer un avion gros porteur et 50 hommes d’équipage.

20 décembre 2013
Tirs et panique dans les rues de Bangui au cours d’une cérémonie officialisant le transfert d’autorité de la Fomac à la Misca, mandatée par l’ONU. Les soldats tchadiens sont accusés de collusion avec l’ex-Séléka.

21 décembre 2013
Risque de conflit confessionnel : chefs religieux, chrétiens et musulmans, redoutent d’être dépassés par la spirale des violences et des préjugés. L’armée française table sur un engagement plus long que prévu.
Des soldats tchadiens de la Misca ont été victimes d’une embuscade dans le quartier de Gobongo jeudi après-midi.

22 décembre 2013
La présidence centrafricaine accuse les soldats français d’avoir « froidement abattu » trois ex-Séléka, « des membres de la Garde présidentielle » .

23 décembre 2013
Les forces musulmanes de l’ex-Séléka s’en prennent à la France.Le camp du président Djotodia accuse l’opération « Sangaris » de « partialité ». Plusieurs milliers de musulmans, sympathisants de l’ex-rébellion Séléka, ont manifesté dimanche à Bangui contre « Sangaris ».

24 décembre 2013
Toujours en effervescence, Bangui se préparait à passer un réveillon de Noël sous couvre-feu et dans la psychose de nouvelles violences.

25 décembre 2013
Nouvelles manifestations anti-françaises dans la Capitale.

26 décembre 2013
A Bangui, sous couvre-feu, les habitants vivent dans la peur des massacres. Dans une tribune publiée dans « Le Monde », l’imam et l’archevêque de Bangui appellent à un envoi urgent de Casques bleus en Centrafrique.

28 décembre 2013
Des civils tchadiens fuient la Centrafrique

31 décembre 2013
Plus de 100 000 déplacés s’entassent sur le site de Bangui-M’Poko, dans des conditions dramatiques. A Bangui, massacres et terreur : les violences entre communautés aggravent une situation humanitaire déjà catastrophique.

1er janvier 2014
Premiers tirs meurtriers de l’année à Bangui.

3 janvier 2014
Les violences brident le déploiement des soldats français dans le reste du pays, excepté à Bossangoa et dans quelques points couverts par les Forces Spéciales.

8 janvier 2014
Première distribution d’aide aux réfugiés à Bangui.

10 janvier 2014
Démission de Michel Djotodia et de son Premier ministre Nicolas Tiengaye. Scènes de liesse à Bangui.

11 janvier 2014
L’ONU est soulagée du départ de Michel Djotodia (qui va s’exiler au Bénin) et souhaite la tenue prochaine d’élections.

13 janvier 2014
Renforcement des mesures de sécurité à Bangui.

14 janvier 2014
La RCA se donne quinze jours pour élire un nouveau président de transition.
La Centrafrique est au bord du gouffre..

16 janvier 2014
850 soldats rwandais en renfort. La Misca compte 5 250 hommes sur le terrain, non loin de son objectif de 6 000 hommes. L’ONU appelle la communauté internationale à agir financièrement et militairement afin d’éviter un génocide

17 janvier 2014
A Bangui, c’est l’heure de l’exode pour les musulmans
La communauté musulmane accuse les soldats français de partialité.
Un convoi de musulmans a été attaqué par les membres d’une milice chrétienne « anti-balaka ».

18 janvier 2014
Des violences ont lieu au nord et à l’ouest de Bangui notamment à Sibut, où les habitants, terrorisés par des hommes de la Séléka, se terrent ou ont fui en brousse.

19 janvier 2014
Le Conseil national de transition a retenu huit candidats à la présidentielle sur vingt-quatre.

20 janvier 2014
Pillages et incendies à Bogoula : cette bourgade située à une soixantaine de kilomètres au nord de Bangui aurait été incendiée par des nomades musulmans. Un massacre a été évité à Boali grâce à deux religieux et aux Français. L’UE s’apprête à lancer une opération militaire dans le pays.

21 janvier 2014
Catherine Samba-Panza, maire de Bangui, a réuni 75 des 128 voix des membres du Conseil national de transition et vient ainsi d’accéder à la présidence de la RCA.

23 janvier 2014
Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a nommé mercredi les membres d’une Commission internationale d’enquête sur les violations des Droits de l’homme commises en RCA.

24 janvier 2014
A Bangui, spirale de la vengeance entre anciens voisins. Les familles musulmanes encerclées par les chrétiens sont protégées par les soldats rwandais. La nouvelle présidente de la RCA a prêté serment vendredi 24 janvier en présence de Laurent Fabius

25 janvier 2014
La RCA à nouveau plongée dans une spirale de représailles : miliciens chrétiens « anti-balaka » et combattants musulmans de la Séléka continuent de s’entretuer.

28 janvier 2014
Les combattants centrafricains de la Séléka sont évacués du centre de Bangui. Les partisans de Michel Djotodia doivent être désarmés. L’ONU autorise l’envoi d’une Force européenne en Centrafrique.

29 janvier 2014
A Bangui, les derniers combattants de la Séléka sont évacués hors de la capitale centrafricaine, sous les acclamations de la population, avant d’être désarmés.

31 janvier 2014
Opération militaire à Sibut.

3 février 2014
75 personnes, au moins, ont été tuées depuis mardi dernier dans des affrontements entre civils chrétiens et musulmans à Boda.

6 février 2014
Lynchages en Centrafrique : l’ONU et la France réclament des « sanctions exemplaires ».
Jean-Yves Le Drian, juge « vraisemblable » la prolongation du mandat des forces françaises en Centrafrique par l’ONU au-delà de la période initiale de six mois.

7 février 2014
Un convoi de camions et taxis lourdement chargés de civils musulmans et de leurs effets a quitté Bangui vendredi matin sous les huées de foules en colère. La Cour pénale internationale va examiner les allégations de crime.

8 février 2014
Aggravation de la situation à l’intérieur du pays.

11 février 2014
A l’heure de « l’épuration ethnique »…
Les populations musulmanes accusées d’avoir soutenu les milices de la Séléka fuient Bangui.

13 février 2014
Dans la ville de Mbaïki, les soldats de « Sangaris » ont évité les massacres, mais pas l’épuration. La plupart des musulmans ont fui. L’opération « Sangaris » n’arrive pas à juguler les violences. L’ONU demande à Paris d’envoyer des renforts.

14 février 2014
La France va finalement envoyer 400 soldats supplémentaires en Centrafrique, portant ainsi son contingent de 1 600 à 2 000.

15 février 2014
Vaste opération de désarmement de miliciens anti-balaka dans un quartier chrétien de Bangui menée par les forces françaises et celles de l’Union Africaine. L’opération Sangaris sera finalement plus longue que prévue.

17 février 2014
Les soldats de « Sangaris » progressent dans l’ouest de la Centrafrique, vers le Cameroun. A Bouar, ils ont découvert une communauté musulmane terrée dans la mosquée et rançonnée. A Bangui, des habitants s’opposent aux soldats français. L’Union Européenne pourrait envoyer de 900 à 1 000 soldats en RCA.

18 février 2014
La longue fuite des musulmans centrafricains. Depuis le 9 février, les soldats français de l’opération « Sangaris » ont commencé à se déployer en province, notamment en direction du Cameroun et du Tchad.

19 février 2014
Tirs nourris et explosions près de l’aéroport de Bangui. Ils opposeraient des soldats de la force Misca à des miliciens anti-balaka retranchés dans des quartiers proches de l’aéroport.

20 février 2014
L’ONU « réclame » 3 000 hommes supplémentaires en Centrafrique.

23 février 2014
Mort accidentelle d’un soldat français en Centrafrique (accident de la circulation).

25 février 2014
Députés et Sénateurs ont voté ce jour en faveur de la prolongation de l’intervention en RCA.

26 février 2014
Le responsable des opérations d’urgence de Médecins sans frontières, dresse un bilan inquiétant de la situation humanitaire en Centrafrique. Dans le sud du Tchad, grande détresse des réfugiés centrafricains : des dizaines de milliers de personnes, déplacées par le conflit, s’entassent dans des camps de fortune.

27 février 2014
Les renforts de la force française arrivent à Bangui portant ainsi son dispositif militaire sur place à 2 000 hommes
A Bangui, dressant un premier bilan de Sangaris devant les troupes françaises, le chef de l’État a dit : « il reste encore beaucoup à faire ».

3 mars 2014
Ban Ki-moon souhaite déployer près de 12 000 casques bleus (dont 10 000 soldats et 1 820 policiers). Mission : protéger les civils et soutenir le processus politique de transition.

5 mars 2014
« Victoire » de la « purification ethnique » contre les musulmans : trois mois après le lancement de l’opération française, la division du pays s’est accrue.

15 mars 204
La mission d’appui Eufor-RCA est menacée faute de moyens.

28 mars 2014
Un « mini-sommet » UE /Afrique est organisé à Bruxelles visant à restaurer la sécurité et stopper les tueries, alors que la situation en Centrafrique est jugée « désastreuse » par l’UE.
20 morts dans une attaque à la grenade à Bangui.

30 mars 2014
A Bangui, les soldats tchadiens de la Misca ont tiré sur la population.

2 avril 2014
Lancée officiellement à l’occasion du sommet UE-Afrique mercredi 2 avril, Eufor-RCA comptera quelque 650 hommes sur le terrain (dont 150 soldats géorgiens) dirigés par le général de division Philippe Pontiès .

03 avril 2014
Le Tchad se retire de la force africaine en République Centrafricaine

9 avril 2014
En Centrafrique, les premières troupes européennes se déploient autour de Bangui, les attaques des anti-balaka à l’encontre des musulmans continuent.

10 avril 2014
Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté, jeudi, une opération de maintien de la paix de près de 12 000 hommes (OMP).

21 avril 2014
L’ONU évacue des musulmans de Bangui vers une ville du centre à majorité chrétienne.

5 mai 2014
La force Sangaris accrochée dans le nord-ouest de la Centrafrique
Des éléments du GTIA Dragon de la force Sangaris ont été accrochés par une colonne adverse à hauteur de la localité de Boguila à 450 km au nord-ouest de la capitale. Pas de blessé du côté français qui a dû riposter sévèrement

< Toutes les publications